Home / Afrique / 11ième SOMMET EXTRAORDINAIRE DE L’UNION AFRICAINE

11ième SOMMET EXTRAORDINAIRE DE L’UNION AFRICAINE

LES DIRIGEANTS AFRICAINS MOINS AUDACIEUX SUR LES REFORMES DE L’UA
Les réformes proposées par Paul Kagame afin de rendre plus efficace l’Organisation panafricaine, n’ont pas bousculé l’attentisme des dirigeants africains.  En 2016, le président rwandais avait  été chargé de l’élaboration des réformes dans le dessein de redynamiser  l’Union africaine.  Réunis en sommet extraordinaire, le week-end dernier, à Addis Abeba, les chefs d’Etat et de gouvernement du continent ont pris connaissance des propositions des réformes concoctées par leur homologue du Rwanda.
Peu enthousiastes au changement, les dirigeants africains se sont mis d’accord sur une partie de ces propositions portant essentiellement sur la réforme de la  Commission de l’Union africaine.
Le président Kagame attendait donner à l’exécutif de l’Organisation panafricaine beaucoup de pouvoirs, en lui rendant plus autonome et indépendant dans son fonctionnement, et dans l’application des décisions,  notamment en renforçant les compétences de son président et son  poids politique par rapport aux Etats.
Un exemple, le  président de la Commission de l’Union africaine devait avoir la possibilité de  nommer les commissaires, et l’initiative sur la fin de leur mandat. Rien de tout cela n’a été retenu, Les  commissaires seront toujours désignés par les Etats. Toutefois, la réduction de 10 à 8  membres de la Commission a été adoptée. Il y aura le président, le vice-président et 6 commissaires.
La taxe de 0,2 % sur certaines importations, appelée la taxe Kaberuka n’a même pas été discutée. C’est une des propositions majeures afin de financer  certaines activités de l’UA, dans le domaine de la paix, par exemple. On espérait aussi grâce à cette taxe soutenir le budget de l’UA. Même si la part des partenaires sur le financement du budget de l’UA est passée de 60% à 30%, par contre, en 2019, les donateurs étrangers paieront 54% d’un budget total de 68,5 millions de dollars (596 millions d’euros), révèle le journal Le Monde.
Les mesures pour sanctionner les Etats mauvais payeurs ont été adoptées.
C’était le premier sommet sur les réformes de l’Union africaine. Il faut une  bonne dose d’audace et d’ambition pour continuer sur la voie des réformes.
Jean Boole

Check Also

Le Lesotho retire sa reconnaissance de la RASD

Le Lesotho a fait part le 4 octobre de son intention de soutenir “activement le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 21 =