Home / Europe / Budget 2018 : « pouvoir offrir aux citoyens ce qu’ils attendent de l’Europe »

Budget 2018 : « pouvoir offrir aux citoyens ce qu’ils attendent de l’Europe »

 Dans votre proposition budgétaire, vous avez déclaré que le Service européen pour l’action extérieure aurait des « besoins de financement grandissants » dans les prochaines années dus à la migration, aux Cyber-attaques et pour la lutte contre les campagnes de désinformation. Est-ce la nouvelle « tendance » du budget de l’UE ; est-ce que plus d’argent devra être investi dans les affaires extérieures ?

 Une des priorités de mon budget pour les années à venir est la sûreté et la sécurité car c’est ce que les Européens attendent de nous.

L’UE ne sera malheureusement pas en mesure de résoudre tous les problèmes du monde. Nous devrons donc nous focaliser sur nos actions extérieures dans notre voisinage proche. La Fédération de Russie devient plus active et est très agressive, elle désinforme et opère à base de fausses informations et de propagande. Nous devons contrer cela et rester aux côtés de ces pays de l’Est qui se sont engagés sur la voie de l’Europe tels que la Géorgie, l’Ukraine et la République de Moldavie. Nous devons les aider à créer leurs institutions, à combattre la corruption et à renforcer leur économie. Seulement à ce moment-là, ils seront prêts à faire face à l’agressivité de la Fédération de Russie.

Il en va de même pour nos voisins du Sud de l’Union, en Afrique du Nord d’où viennent beaucoup de migrants et de réfugiés. Dans ce cas précis, nous devrions investir dans l’éducation, les soins de santé, les infrastructures, la nourriture et l’eau. À ce moment seulement, ils cesseront de prendre des risques inconsidérés pour rejoindre l’Europe car nous serons en mesure de leur offrir une perspective d’avenir là-bas.

De plus, nous devons investir des fonds européens dans les Balkans occidentaux afin d’y accroitre la stabilité et de rapprocher ces pays de l’Europe.

Vous dites qu’extérieurement la sécurité et la sûreté sont des priorités, mais souhaitez-vous également que l’UE joue un rôle plus important sur la scène internationale maintenant que, par exemple, les États-Unis reculent?

Sans aucun doute. Que les États-Unis soient actifs et mondialement responsables est dans leur intérêt et dans celui de l’Europe. Je pense qu’ils feraient une erreur de s’isoler du reste du monde. Nous devons nous assurer que l’Europe élève son jeu s’il y a de l’espace à prendre au niveau international. Mais nous devons également être conscients du fait que les États-Unis se rétractent aussi en termes d’engagements financiers et que nous ne serons pas à même de combler les pertes. Nous devrons faire des choix et nous devrons protéger en premier lieu notre voisinage direct.

 Vous souhaitez revenir sur toutes les réductions de budget proposées par le Conseil dans la proposition de la Commission européenne. En vue du Brexit, n’est-il pas nécessaire de commencer à s’habituer à disposer d’un budget plus faible ?

Les Britanniques se sont engagés au Cadre Financier Pluriannuel jusqu’à fin 2020. Ils doivent donc payer et ils en bénéficieront tant qu’ils seront membres. Ensuite, nous devrons prendre des décisions : voulons-nous d’une UE robuste, capable d’offrir aux citoyens ce qu’ils attendent ? Si oui, nous devons nous assurer que nous disposons d’un budget tout aussi robuste.

Nous pouvons également décider de vouloir d’une Union européenne moins forte, avec un budget plus petit, mais dans ce cas nous devons être honnêtes avec les Européens et leur annoncer qu’en termes de sécurité, l’UE ne répondra pas à leurs attentes. Les États membres devront alors régler les problèmes par eux-mêmes et je ne suis pas convaincu qu’il s’agisse du genre de problèmes plus faciles à régler au niveau national qu’au niveau européen.

Nous voulons un budget orienté vers l’avenir, permettant une UE forte et innovante qui peut protéger ses citoyens et offrir la sécurité. C’est ce que défend le Parlement européen. Avec les coupes du Conseil, nous ne serons pas capables d’offrir aux citoyens ce qu’ils attendent de l’Europe.

Check Also

Charles Michel désigné président du Conseil européen

Le Premier ministre belge a été élu mardi soir par ses homologues européens pour présider …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *