Home / E-Belgique / Effet Brexit: l’Eurobaromètre révèle que l’UE est plus appréciée que jamais

Effet Brexit: l’Eurobaromètre révèle que l’UE est plus appréciée que jamais

La dernière enquête d’opinion de l’UE, conduite en septembre 2018, révèle une appréciation claire et croissante de l’adhésion à l’UE, avec un taux record de 68%.

La dernière enquête Eurobaromètre, qui mesure les attitudes de l’opinion publique vis-à-vis de l’UE dans tous les États membres, montre que 62% des répondants considèrent l’adhésion de leur pays à l’UE comme une bonne chose. Il s’agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis 25 ans. 68% pensent également que leur pays a bénéficié de l’adhésion à l’UE – le chiffre le plus élevé depuis 1983.

Presque tous les résultats mesurant le soutien à l’UE ont augmenté de façon significative depuis le référendum britannique sur le Brexit en 2016, soulignant ainsi les inquiétudes soulevées dans l’ensemble du continent par les conséquences du Brexit et une prise de conscience des bénéfices induits par l’adhésion à l’UE – compte tenu des difficiles négociations. 66% des répondants européens voteraient pour que leur pays reste membre de l’UE (ils sont majoritaires dans tous les États membres) et seuls 17% envisageraient de quitter l’UE; 17% sont indécis.

Les derniers chiffres de l’Eurobaromètre montrent également une satisfaction grandissante chez les Européens en ce qui concerne le fonctionnement démocratique de l’UE (49%), soit trois points d’augmentation par rapport à la précédente enquête d’avril. 48% pensent que leur voix compte dans l’UE, même si ce sentiment semble être en déclin dans un certain nombre de pays.

L’enquête Parlemètre 2018 n’apporte toutefois pas que des bonnes nouvelles. Malgré un soutien significatif et croissant pour l’UE en général, la moitié des répondants ne sont pas satisfaits de la direction prise par l’Union, avec un résultat similaire dans leur propre pays. L’opinion publique semble également stable en termes d’attentes vis-à-vis du rôle de l’UE à l’avenir, 48% souhaitant que l’Union joue un rôle plus important contre 27% souhaitant le contraire.

Concernant l’image du Parlement dans l’ensemble de l’UE, un tiers (32%) des répondants en ont une image positive, un cinquième (21%) une image négative, une majorité relative (43%) restant neutre.

Les sondés sont de plus en plus conscients que des élections européennes se tiennent l’année prochaine, avec 41% des répondants capables de préciser la date de mai 2019 (une augmentation de 9 points par rapport à il y a six mois et de 7 points par rapport à juin 2013). Toutefois, 44% sont toujours incapables de dire quand l’élection aura lieu, contre 46% en juin 2013.

Avec 51% des répondants qui déclarent être intéressés par les élections, les priorités des citoyens pour la campagne ont évolué ces six derniers mois. L’immigration est désormais en tête des préoccupations (50%), suivie de l’économie (47%) et du chômage des jeunes (47%), tandis que la lutte contre le terrorisme se retrouve en quatrième position avec 44%.

Commentant les résultats de l’enquête, le Président Tajani a déclaré: ‘‘Alors que les détails de l’accord de retrait du Royaume-Uni sont en train d’être finalisés, ces chiffres démontrent une appréciation grandissante des bénéfices de l’adhésion à l’UE à travers tout le continent. Toutefois, il reste beaucoup à faire. Une coopération et une solidarité continues au niveau de l’UE sont essentielles pour apporter des réponses aux préoccupations des citoyens européens ordinaires.’’

Guy Verhofstadt, coordinateur du PE pour le Brexit, a ajouté: ‘‘Le fait que 51% des citoyens britanniques sondés souhaitent rester dans l’UE vient nous rappeler les divisions profondes suscitées par le Brexit et la nécessité que nous avons d’établir pour l’avenir une relation durable, à long terme, de proximité sous la forme d’un accord d’association étendu et approfondi. Même si nous devons nous préparer à toutes les éventualités, il semble qu’au Royaume-Uni comme ailleurs dans l’UE, peu de monde souhaite le scénario d’un Brexit dur ou d’une absence d’accord, qui serait coûteux, et j’espère que le résultat des négociations reflètera au bout du compte cet état d’esprit.’’

Contexte de l’enquête

Cette enquête de terrain a été conduite du 8 au 26 septembre 2018 auprès de 27 474 Européens âgés de 16 ans et plus, interviewés en face à face par Kantar Public dans l’ensemble des 28 États membres.

PE

Check Also

Déclaration du secrétaire général : la Nouvelle-Zélande est l’un des plus proches partenaires mondiaux de l’OTAN

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a salué la coopération entre l’OTAN et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 24 =