Home / Afrique / Election Sénatoriales : la POECI appelle à la mise en place d’un sénat plus inclusif

Election Sénatoriales : la POECI appelle à la mise en place d’un sénat plus inclusif

La Plateforme des organisations de la Société Civile pour l’Observation des Elections en Côte d’Ivoire (POECI), organisation non partisane et spécialisée dans les questions d’observation électorale et de promotion de la démocratie, a observé les premières élections sénatoriales de la 3ème République de la Côte d’Ivoire. Ainsi, après l’expérience réussie du PVT (Comptage rapide des votes) à l’occasion de l’élection présidentielle d’octobre 2015 et les législatives de 2016, la POECI poursuit l’observation des différents processus électoraux en Côte d’Ivoire. Ainsi, elle a suivi la tenue des premières élections sénatoriales du 24 mars 2018 par le déploiement de 35 observateurs/observatrices dans les 31 chefs-lieux de régions y compris les deux Districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro soit une couverture de 100%.La POECI appelle à la mise en place d’un Sénat inclusif au service des ivoiriennes et des ivoiriens et à l’amélioration du cadre juridique et institutionnel des élections.

Introduction

Les élections pour la mise en place du premier sénat de la Côte d’Ivoire se sont déroulées ce samedi 24 mars 2018. Pour cette élection, la POECI n’a pas fait de PVT (Comptage rapide des votes) mais plutôt une observation classique à travers le déploiement de 35 observateurs/observatrices dans des Bureaux de vote (BV) dans les 31 régions et deux districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro soit une couverture à 100% des bureaux de votes. Les observateurs et observatrices étaient suivis par 15 superviseurs et superviseures depuis le Quartier général de la POECI, installé à son siège.

Les observateurs/observatrices étaient fixes, pour une observation couvrant l’ouverture jusqu’à la proclamation des résultats et la fermeture des BV. Les observateurs/observatrices ont renseigné une grille d’observation et des grilles d’incidents et ont remonté les informations recueillies par SMS à la Plateforme technologique pour analyse et traitement.

Dans son communiqué du 22 mars 2018, la POECI avait souligné qu’il y a eu aucune campagne d’information et de sensibilisation auprès des citoyens et citoyennes sur l’importance de la mise en place de cette seconde chambre du parlement et du rôle qui lui est dévolu parmi les institutions de la 3ème République. La durée de la campagne a été de soixante-douze heures et assez timide pour mobiliser les 7000 grands électeurs appelés à voter pour ce premier scrutin des sénatoriales.

A la veille de ces élections sénatoriales, la POECI avait constaté avec regret la cristallisation du climat politique, l’absence de pluralité des candidatures du fait du refus de l’opposition d’y participer et de la contestation sur les modalités d’organisation de ce scrutin.

Elle avait également encouragé les autorités gouvernementales, politiques et les forces de sécurité à permettre l’expression pacifique des opinions contradictoires, à garantir la liberté d’expression pour toutes les tendances politiques dans le respect des lois en vigueur.

Malgré le contexte socio-politique dans lequel les élections sénatoriales se sont déroulées, la POECI, fidèle à ses engagements, a décidé de suivre le déroulement de ces élections.

Résumé
Les 35 observatrices et observateurs de la POECI ont pu observer le déroulement du vote dans les 35 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire national, repartis dans les 31 régions et les districts autonomes d’Abidjan et de Yamoussoukro. Ainsi la POECI a pu recueillir et traiter des informations relatives à l’Installation des bureaux de vote et le démarrage du vote, au déroulement du vote, au dépouillement et à l’annonce des résultats. Lors de cette observation, la POECI a pu relever des incidents.

Les observateurs et observatrices de la POECI ont été accrédités par la Commission électorale indépendante pour observer les élections sénatoriales. La POECI a reçu également à quelques heures du démarrage du scrutin, une circulaire spéciale toujours de la part de la commission pour permettre à ses observateurs et observatrices de rester dans les bureaux de votes de l’ouverture à la clôture du scrutin.

Conclusions préliminaires
Les conclusions préliminaires de la POECI découlent de l’observation et de l’analyse des points ci-dessous à travers la grille d’observation et d’incidents.

Installation des bureaux de vote et démarrage du vote

Dans 31 soit 89% des BV , le vote a démarré à 8h et dans 4BV avant 8h soit 11%.

Il y avait 3 agents de la CEI présents dans tous les BV dont en moyenne 1 femme.

Parmi les présidents de BV il y avait 3 femmes soit 9% des présidents de BV. L’urne a été montrée vide dans 34 BV soit 97% et scellée dans 35 soit 100% des BV.

Tous les BV avaient de l’encre indélébile.

Dans 33 BV soit 94%, l’isoloir était placé de nature à assurer le secret du vote.

Dans les 35 BV il y avait des agents de sécurité.

Déroulement du vote
Dans l’ensemble, le vote s’est bien déroulé sur toute l’étendue du territoire national au regard des données recueillies par les observateurs et observatrices et traitées par la Plateforme technologique de la POECI.

En effet, dans les 35 BV observés, les agents électoraux ont demandé à chaque électeur de présenter sa carte professionnelle (carte de conseiller municipal, ou carte de conseiller régionaux ou de débuté) ou sa Carte nationale d’identité (CNI) soit un taux de 100%.

Les agents électoraux ont vérifié la présence d’encre indélébile sur les doigts de chaque électeur dans 34 BV sur les 35 observés soit un taux de 97%.

Dans les 35 bureaux observés, chaque électeur a signé la liste d’émargement après avoir voté et les agents ont marqué l’index gauche de chaque électeur avec l’encre indélébile soit un taux de 100%.

Dans 1 bureau soit 3% des bureaux observés, des électeurs n’ayant pas leur carte professionnelle ou carte nationale d’identité ont été autorisés à voter. Par contre, aucun électeur, qui avait de l’encre sur ses doigts n’a été autorisé à voter.

Il y avait en moyenne 2 représentants de candidats par bureau de vote observé ; il y avait dans tous les bureaux de vote des représentants du RHDP. Par contre, il y avait des représentants de candidats indépendants dans 54% des BV. Parmi les représentants des candidats, nous notons qu’il n’y avait aucune femme.

Dans 20% des BV les électeurs ont fini de voter avant 17H00, tandis que dans 80% des bureaux de vote, les électeurs ont fini de voter à 17H00.

Dépouillement et annonce des résultats
Dans 34 sur les 35 BV, le dépouillement a eu lieu immédiatement après le vote soit un taux de 97%.

Il y avait en moyenne deux représentants des candidats présents pendant le dépouillement. Les représentants du RHDP étaient présents dans 100% des bureaux de votes pendant le dépouillement tandis que ceux des candidats indépendant n’étaient présents que dans 19 BV soit 54% pendant le dépouillement.

En moyenne trois personnes ont été désignées comme scrutateurs et parmi ces scrutateurs, il n’y avait aucune femme.

Les résultats de chaque bulletin de vote ont été lus à haute voix dans les 35 bureaux soit 100% et les votes ont été enregistrés sur une feuille de pointage dans 33 bureaux soit 94%.

Il n’y avait aucun incident d’intimidation, de harcèlement ou de violence pendant le dépouillement.

Les agents électoraux ont annoncé à haute et intelligible voix dans 100% du BV. Aucun représentant du RHDP ou de candidat indépendant ne s’est opposé aux résultats officiels.

Dans 34 BV soit à 97% les résultats ont été affichés.

Sur une moyenne de 200 électeurs par BV, 168 personnes en moyenne sont voté. Parmi ces personnes on note qu’il y avait en moyenne un jeune votant dont l’âge est compris entre 18 et 35 ans.

Il y avait en moyenne 4 bulletins nuls

Incidents critiques
Au niveau de son Quartier général, la POECI a prévu une salle de collecte et de gestion pour le traitement rapide des incidents critiques envoyés par les 35 observateurs et observatrices en temps réel au cours de la journée. La POECI a pu confirmer 4 incidents liés à l’interdiction de ses observateurs à rester dans les bureaux de vote notamment à Daloa, Daoukro, Ferké et San pedro. Toutefois ces cas ont été réglés au cours de la journée.

Conclusion

Au terme de son observation du scrutin sénatorial de ce 24 mars 2018, la POECI constate que l’élection s’est globalement bien déroulée en dépit de l’environnement sociopolitique tendu dans lequel ce scrutin s’est déroulé.

La POECI félicite ses observateurs et observatrices et ses superviseurs et superviseures pour la qualité du travail citoyen réalisé sur le terrain.

Elle exhorte la Commission électorale indépendante à respecter scrupuleusement le code électoral en ce qui concerne la présence continue des observateurs et observatrices dans les bureaux de vote.

La POECI invite son Excellence Monsieur le Président de la République à poursuivre les réformes institutionnelles prévues par la Constitution du 08 Novembre 2016 dans un cadre apaisé et inclusif et au service des ivoiriennes et ivoiriens.

La POECI demande à son Excellence Monsieur le Président de la République de renforcer la mise en place du Sénat de manière inclusive dans les prochaines nominations en tenant compte de toutes les sensibilités politiques, sociales, du genre et de la diversité sociologique de la Côte d’Ivoire.

La POECI, organisation citoyenne, continuera de suivre l’environnement post-électoral des élections sénatoriales et se préparera pour l’observation des prochaines étapes du processus électoral de 2018.

@Lulu Renault & Fangnariga. Abidjan 25.03.2018

Check Also

Le Lesotho retire sa reconnaissance de la RASD

Le Lesotho a fait part le 4 octobre de son intention de soutenir “activement le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =