Home / Afrique / ENTRE BRUXELLES ET KINSHASA, LA DECRISPATION SE FAIT TOUJOURS ATTENDRE

ENTRE BRUXELLES ET KINSHASA, LA DECRISPATION SE FAIT TOUJOURS ATTENDRE

Entre la Belgique et la République Démocratique du Congo , la décrispation n’est pas toujours à l’ordre du possible. Joseph Kabila et Charles Michel, de façon inattendue, se sont rencontrés à New York, à l’occasion de la 73ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies. De cette rencontre, on avait espéré le dégel dans les relations belgo-congolaises. Mais, on en est à se demander encore, aujourd’hui,  dans quel sens  évolueront les rapports entre ces deux pays.
Pour cause, des mesures de rétorsion qui ont été prises réciproquement  dans le contexte de la crise :  la fermeture de la Maison Schengen à Kinshasa, l’absence des ambassadeurs en Belgique et en République Démocratique du Congo, l’interdiction de voyager dans l’Union européenne aux proches du président Joseph Kabila dont son dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary…sont toujours là. Entretemps, la coopération entre ces deux partenaires en pâtit.
Et l’espoir, suscité par ce tête -à -tête de plus d’une heure semble s’éloigner, à cause de la méfiance entre les deux hommes.
Vue de Kinshasa, la capitale de l’Union européenne, Bruxelles est devenue le foyer de l’opposition congolaise, la caisse de résonance des protestations et incantations contre les autorités congolaises. Celles-ci pensent que certains leaders politiques congolais présents à Bruxelles, qui fraient  avec des politiques belges ont l’intention de déstabiliser le pays. Du coup, la neutralité de la Belgique est sujette à caution !
Côté belge, on juge mal l’invalidation du candidat Bemba, la non-participation de Moïse Katumbi au scrutin et des irrégularités liées au processus électoral.
Ces manquements, pour la République Démocratique du Congo, sont des atteintes à la souveraineté nationale.
Enferrés dans la précipitation et la méfiance, Joseph Kabila et Charles Michel, à New York, n’ont pas réussi à dissiper la méfiance. Et la décrispation  n’est pas dans ces conditions envisageable, du moins avant les élections de décembre 2018.
Jean Boole Ekumbaki

Check Also

Guinée :le nouveau bureau de l’AGEPI chez Martine Condé: « nous prenons acte aujourd’hui… »

Le tout nouveau président de l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), Alpha …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 2 =