Home / Ce jour qui passe / FRANCE-ANGOLA : LE PRESIDENT ANGOLAIS, JOAO LOURENCO CONFIRME SON STATUT DE LEADER REGIONAL

FRANCE-ANGOLA : LE PRESIDENT ANGOLAIS, JOAO LOURENCO CONFIRME SON STATUT DE LEADER REGIONAL

La visite, la première dans un pays membre de l’Union européenne, du président Joao Lourenço, se poursuit en France. Emmanuel Macron, son homologue français a, au cours de la conférence de presse tenue cet après-midi, reconnu le rôle essentiel que Joao Lourenço joue en Afrique centrale. Cela fait de son pays, l’Angola un partenaire important.  

Ainsi avec le président français, il a abordé les questions de sécurité dans cette partie de l’Afrique où la convergence des crises menace la stabilité de toute la région. Notamment, la situation en RDC-Congo et la consolidation de la paix en République Centrafricaine.

Les deux dirigeants, en ont appelé au respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 entre le pouvoir et l’opposition grâce à la médiation de l’Eglise catholique. Et en vertu de celui-ci, les élections doivent avoir lieu  en RDC, au mois de décembre prochain. Pour Joao Lourenço, ‘ce qui estbéni doit être respecté’. Pour le président angolais, l’Union africaine (UA), les organisations régionales, et tous les dirigeants de la région soutiennent l’application de cet accord. Le président français, au cours de cette conférence, a exprimé l’appui de la France à cette position. Mais il s’est abstenu de donner des leçons à qui que ce soit. Par ailleurs, Emmanuel Macron a fait savoir que son pays soutiendra toutes les initiatives qui devraient être prises dans le cadre du respect de l’Accord de la Saint Sylvestre : « sur la RDC, nous partageons les mêmes préoccupations et les mêmes volontés », a dit Macron. Ce dernier, a réitéré les propos qu’il a tenus sur la RDC, lors de sa rencontre avec le président rwandais, Paul Kagame, en charge de l’Union africaine. En d’autres termes, des pressions renouvelées sur le président Joseph Kabila.

En République centrafricaine, il est, cependant, question d’accompagner les autorités centrafricaines afin d’éviter un nouveau cycle de la déstabilisation. Cela passera par le désarmement des groupes armés et la réconciliation.

On peut le rappeler, l’Angola avait joué un rôle majeur dans la réussite de la transition centrafricaine, conduite entre 2014 et 2016 par Mme Catherine Samba Panza, par un soutien financier conséquent.  

Après son élection, Joao a fait de la stabilité dans la région une de ses priorités.

Avec cette reconnaissance, le président angolais vient de confirmer son rôle de leader en Afrique centrale.

Jean Boole

Check Also

La fédération bruxelloise du PS a un nouveau président

Le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, a été élu président de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *