Home / Europe / Le Président Juncker au Conseil européen

Le Président Juncker au Conseil européen

Unité, urgence et pragmatisme ont marqué le Conseil européen de printemps, où les dirigeants ont montré leur ferme détermination à réaliser les priorités essentielles​

Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a participé hier et aujourd’hui au Conseil européen où les dirigeants de l’UE ont fait savoir que l’Europe est à la fois unie et concentrée sur un certain nombre de questions clés.

À propos du commerce, le Conseil européen a réaffirmé son attachement à un système commercial multilatéral ouvert et fondé sur des règles, dans lequel l’Organisation mondiale du commerce occupe une place centrale. En ce qui concerne la décision prise par les États-Unis d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium, le Conseil européen a soutenu résolument les mesures prises par la Commission européenne pour faire en sorte que les intérêts de l’UE soient totalement protégés et pour se réserver le droit, conformément aux règles de l’Organisation mondiale du commerce, de défendre nos intérêts collectifs en engageant un dialogue ouvert. Le Conseil européen a rappelé son attachement à des relations transatlantiques fortes, qui sont fondamentales pour la sécurité et la prospérité tant des États-Unis que de l’Union européenne, et a souligné qu’il est favorable à un dialogue sur les questions commerciales d’intérêt commun. Les dirigeants de l’UE ont insisté sur le fait que le libre-échange assure des millions d’emplois dans le monde entier en contribuant à la croissance et à la prospérité et ont exprimé le souhait que des progrès soient réalisés dans les négociations commerciales en cours, comme celles avec le Mexique et avec le Mercosur. Ils ont également dit attendre avec intérêt la conclusion des accords avec le Japon et Singapour. Il a été convenu que l’UE continuerait à mener une politique commerciale solide, en cherchant à assurer des conditions de concurrence équitables, et à promouvoir ses valeurs et ses normes au niveau mondial.

Le Conseil européen a appelé à redoubler d’efforts pour tenir les engagements pris dans un large éventail de domaines d’action, parmi lesquels le marché unique numérique, l’union de l’énergie, l’union des marchés des capitaux et la politique industrielle de l’UE. Dans le cadre du Semestre européen, le processus annuel de coordination des politiques économiques au sein de l’UE, les dirigeants ont approuvé les priorités d’action pour 2018. Les États membres sont invités à intégrer ces priorités dans leurs réformes nationales. Le Conseil européen a adopté des conclusions sur la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux. Les dirigeants ont examiné les initiatives présentées par la Commission au titre du train de mesures en faveur de l’équité sociale, y compris la proposition relative à la création d’une Autorité européenne du travail et une initiative visant à garantir l’accès à une protection sociale pour tous les travailleurs salariés et non salariés.

En ce qui concerne l’Europe numérique, les dirigeants de l’Union ont insisté sur la nécessité de garantir la transparence des pratiques et une protection totale de la vie privée des citoyens et de leurs données à caractère personnel dans le contexte des réseaux sociaux et des plateformes numériques. «La législation de l’UE et celle des États membres doivent être respectées et mises en œuvre» ont-ils souligné dans les conclusions du Conseil européen.

Dans le cadre du programme des dirigeants, les responsables de l’UE ont débattu de la fiscalité, et notamment celle du secteur de l’économie numérique. Ils se sont attachés à examiner comment adapter les systèmes fiscaux compte tenu de l’essor de l’économie numérique, ce qui peut être fait de plus pour lutter contre l’évasion et la fraude fiscales et comment assurer au mieux des synergies à l’échelle de l’UE et au niveau international.

Les responsables de l’Union ont discuté du sommet UE-Balkans occidentaux qui se tiendra à Sofia le 17 mai 2018 et ont réaffirmé la perspective européenne de la région.

Les responsables de l’UE ont fermement condamné l’attaque commise à Salisbury ainsi que l’utilisation d’armes chimiques en toute circonstance. Le Conseil européen a appelé à renforcer la résilience de l’UE aux risques de nature chimique, biologique, radiologique et nucléaire, y compris en intensifiant la coopération entre l’Union européenne et ses États membres, ainsi qu’avec l’OTAN. L’Union européenne et ses États membres devraient également renforcer leurs capacités de lutte contre les menaces hybrides

Le Conseil européen a fermement condamné les actions illégales que la Turquie continue de mener en Méditerranée orientale et en mer Égée. Les responsables de l’UE demandent à la Turquie de mettre un terme à ces actions et de respecter les droits souverains de Chypre d’explorer et d’exploiter ses ressources naturelles, conformément au droit de l’UE et au droit international. Ils ont aussi rappelé l’obligation qui incombe à la Turquie de respecter le droit international et les relations de bon voisinage, et de normaliser ses relations avec tous les États membres de l’UE, y compris la République de Chypre. Le Conseil européen se déclare vivement préoccupé par le maintien en détention en Turquie de ressortissants de l’UE, dont deux soldats grecs, et demande que ces questions trouvent rapidement une issue favorable, dans le cadre d’un dialogue avec les États membres.

Au sujet de la Turquie, le président Juncker a déclaré qu’il abordait avec des sentiments mitigés la rencontre prévue à Varna le 26 mars entre les dirigeants de l’UE et la Turquie, les divergences de vues entre les deux parties étant nombreuses. Le président Juncker a souligné que cette rencontre serait l’occasion de dialoguer de manière franche et ouverte, «sans masquer nos différences mais en cherchant à faire avancer la coopération entre les deux parties.»

En ce qui concerne le Brexit, les dirigeants de l’UE-27 ont dressé le bilan des progrès accomplis dans les négociations au titre de l’article 50 avec le Royaume-Uni et ont adopté un nouvel ensemble d’orientations. Ces dernières ont été présentées par le président Juncker et par le négociateur en chef de la Commission, Michel Barnier, qui ont réaffirmé leur volonté de trouver un accord juste et équilibré avec le Royaume-Uni, qui respecte les libertés et principes fondamentaux de l’Union.

Le sommet européen a poursuivi la discussion sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, dans la perspective des décisions concrètes qui seront prises lors du Conseil européen de juin 2018.

Check Also

Belgique : Le consulat général du Maroc à Bruxelles organise, en collaboration avec la commune de jette la 2ème édition du « Tournoi Pluriel ».

Le consulat général du Maroc à Bruxelles organise, en collaboration avec la commune de jette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 2 =