Home / Europe / Le président Juncker au sommet du G20 à Buenos Aires

Le président Juncker au sommet du G20 à Buenos Aires

Les dirigeants du G20 conviennent de défendre l’ordre international fondé sur des règles multilatérales

Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil européen, M. Donald Tusk, ont représenté l’UE lors du sommet du G20 organisé cette année à Buenos Aires, sous la présidence de l’Argentine.

Au terme des deux journées du sommet, les dirigeants du G20 ont convenu de défendre un ordre international fondé sur des règles multilatérales.

Le président Juncker a déclaré à ce propos: «Aucun pays, aucune région ne peut agir isolément. La coopération multilatérale est la seule solution. Le sommet du G20 de cette année a apporté la preuve de notre volonté de trouver un consensus et de relever les défis ensemble

Cette année, le thème du sommet était «Bâtir un consensus pour un développement juste et durable». Outre les représentants de l’UE, les dirigeants de 19 pays (Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie et Turquie) se sont rassemblés pour célébrer le dixième anniversaire du G20 et discuter d’un certain nombre de questions essentielles d’intérêt mondial, allant de la mondialisation à la lutte contre le terrorisme, en passant par le commerce, l’économie, le changement climatique et la migration.

Dans leur déclaration, les dirigeants du G20 ont souligné que le commerce international et les investissements constituent d’importants moteurs de croissance, de productivité, d’innovation, de création d’emploi et de développement. Ils ont reconnu la contribution que le système commercial multilatéral a apportée, tout en soulignant qu’actuellement il ne remplit pas ses objectifs et que des améliorations sont possibles. Les dirigeants du G20 se sont donc déclarés favorables à la nécessaire réforme de l’OMC afin d’améliorer son fonctionnement et ils ont convenu d’examiner les progrès réalisés lors de leur prochain sommet, qui aura lieu à Osaka en juin 2019.

Lors du sommet, le président Juncker a évoqué trois sujets dans le cadre de son intervention pendant la séance intitulée «Bâtir un consensus – Commerce international, fiscalité et systèmes financiers», consacrée au commerce, au Brexit et à la réforme de l’Organisation mondiale du commerce.

À propos du commerce, le président Juncker a déclaré ce qui suit: «L’UE a été, est et sera ouverte au commerce équitable. […] Le président des États-Unis et moi-même sommes parvenus à une position commune sur la manière de développer nos relations commerciales – les plus importantes au monde, représentant une valeur de 1 000 milliards de dollars – et nous mettons tout en œuvre pour réaliser notre ambition commune, qui est de réduire considérablement les coûts et de faciliter encore davantage les échanges. Il faut savoir que les exportations américaines de gaz naturel liquéfié vers l’UE ont augmenté de 53 % depuis juillet et que les importations européennes de graines de soja en provenance des États-Unis ont progressé de 100 %. Nous maintenons nos engagements.»

Au sujet de la réforme de l’OMC, le président de la Commission européenne a affirmé ceci: «L’UE a formulé des propositions à cet effet. […] Il est essentiel que le G20 apporte un soutien politique fort aux efforts actuels; nous devrions convenir de donner à nos ministres du commerce l’instruction de travailler ensemble, ainsi qu’avec d’autres partenaires à Genève, pour y parvenir. Nous devrions réaliser des progrès concrets d’ici notre prochain sommet, à Osaka.»

En ce qui concerne le changement climatique, les signataires de l’accord de Paris, qui ont également souscrit au plan d’action de Hambourg l’année dernière, ont réaffirmé que l’accord de Paris est irréversible et ils se sont engagés à le mettre en œuvre intégralement, selon leurs responsabilités communes mais différenciées, et selon leurs capacités respectives, eu égard aux différentes situations nationales. Les signataires ont réaffirmé leur volonté de continuer à lutter contre le changement climatique, tout en favorisant le développement durable et la croissance économique.

Dans leur déclaration, les dirigeants du G20 ont une fois encore fermement condamné le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations. Ils ont convenu de renforcer les efforts déployés pour lutter contre le financement du terrorisme et de la prolifération ainsi que contre le blanchiment de capitaux. Ils ont appelé le secteur du numérique à s’unir pour lutter contre l’exploitation de l’internet et des médias sociaux à des fins terroristes.

À propos de la migration, les dirigeants du G20 ont souligné que les déplacements massifs de réfugiés constituent une préoccupation à l’échelle mondiale et entraînent des conséquences humanitaires, politiques, sociales et économiques; ils ont souligné l’importance d’actions communes pour traiter les causes profondes de ces déplacements et pour répondre aux besoins humanitaires croissants.

En marge du sommet, MM. Juncker et Tusk ont eu des entretiens bilatéraux avec M. Mauricio Macri, président de l’Argentine, M. Scott Morrison, premier ministre de l’Australie, M. Narendra Modi, premier ministre de l’Inde, et M. Shinzō Abe, premier ministre du Japon. Les questions commerciales ont figuré parmi les principaux points abordés à cette occasion.

Dans une lettre commune adressée aux chefs d’État ou de gouvernement avant le sommet, MM. Juncker et Tusk ont exposé le rôle central que joue l’Union européenne sur la scène internationale et sa défense du multilatéralisme, et ils ont défini les principales priorités de l’UE pour la réunion du G20 de cette année.

Check Also

Charles Michel désigné président du Conseil européen

Le Premier ministre belge a été élu mardi soir par ses homologues européens pour présider …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *