Home / Europe / Scandale Facebook-Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg doit répondre aux Européens

Scandale Facebook-Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg doit répondre aux Européens

Les députés ont débattu de la protection des données, de la manipulation des élections et du respect de la vie privée des citoyens suite au scandale Facebook-Cambridge Analytica.

Les données Facebook de 87 millions d’utilisateurs, parmi lesquels 2,7 millions d’Européens, pourraient avoir été obtenues et utilisées à mauvais escient.

Les députés européens ont débattu du scandale le 18 avril, demandant à Facebook d’être clair sur la façon dont les données sont utilisées ainsi que d’expliquer comment la compagnie prévoit de se conformer au Règlement général sur la protection des données (RGPD ou GDPR en anglais) qui sera d’application à travers l’UE après le 25 mai.

Facebook nous doit une explication

Maria João Rodrigues, députée démocrate socialiste portugaise a déclaré qu’il était temps que les Européens se réapproprient le contrôle de leurs données numériques. « Nous avons fait le premier pas en ce sens avec le Règlement général sur la protection des données », a-t-elle fait remarquer. Elle a également appelé le Conseil à lancer les négociations sur les règles sur la vie privée en ligne et a demandé à ce que le PDG de Facebook Mark Zuckerberg vienne au Parlement offrir des garanties.

La même demande a été formulée par Cornelia Ernst, députée allemande membre de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique : « Ce que nous demandons ensemble, c’est de recevoir des clarifications quant à l’utilisation des données des Européens par Facebook. Je veux que Zuckerberg vienne ici et réponde à la commission en charge. Je veux entendre de sa part comment Facebook compte implémenter le RGPD après le 25 mai » a-t-elle ajouté.

Le 11 avril, lors de son audition devant le comité de l’Énergie et du Commerce de la Chambre des représentants à Washington, le PDG de Facebook a déclaré que tous les droits requis par le RGPD seraient appliqués aux Américains et au reste du Monde.

« Pour beaucoup d’Européens, Facebook est devenu une nécessité plus qu’une option. Cela signifie également que Facebook a une grande responsabilité et jusqu’à présent […] le réseau social a ignoré les règles de protection de données les plus élémentaires » a déclaré Ska Keller, députée verte allemande.

« Je pense que la peine doit être lourde pour ceux qui utilisent des données sans consentement. Cela doit avoir un impact sur leur chiffre d’affaire. Nous devons stopper ce modèle économique. » a déclaré Jean-Luc Schaffhauser, député français membre du groupe Europe des nations et des libertés.

Check Also

Des milliers de voyageurs s’envolent sans leur bagage à l’aéroport de Zaventem

Ce matin, suite à un problème technique à l’aéroport de Zaventem, ce sont 1400 bagages …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =