Home / Afrique / Côte d’Ivoire – Des clubs demandent le départ du président de la fédération Ivoirienne de Football

Côte d’Ivoire – Des clubs demandent le départ du président de la fédération Ivoirienne de Football

FootballCôte d’Ivoire – Des clubs demandent le départ du président de la fédération Ivoirienne de Football

La fronde est partie de l’élimination des éléphants de Côte d’Ivoire du mondial 2018 par les lions de l’atlas du Maroc et la sortie acerbe de l’ex international Bonaventure Kalou appellant à l’organisation d’une Assemblée générale extraordinaire de la Fédération ivoirienne de Football (FIF).
La sortie de Bonaventure Kalou à son domicile le mercredi 6 décembre 2017 est une véritable charge d’éléphant contre Sidy Diallo, le Président de la FIF. « Nous fonçons tout droit dans le mur, il (ndlr :Sidy Diallo) s’est écarté des valeurs sportives de cohésion et de rassemblement ». Le diagnostic est d’autant plus révélateur que le Président de la FIF a déclenché une bagarre le samedi 11 novembre  au Stade Felix Houphouët lors de l’ultime match Côte d’Ivoire-Maroc comptant pour les éliminatoires du mondial 2018. Ce match fut brillamment remporté par les lions de l’atlas qui ont battu les éléphants ivoiriens par 2 à 0 à Abidjan. Cette défaite synonyme d’élimination,   de la Côte d’Ivoire pour le mondial 2018 est la detonatrice de la fronde contre le président de la FIF. La colère de l’élimination des tricolores ivoiriens est à l’origine de la vague de contestation qui demande le départ de Sidy Diallo de la tête de la Fédération Ivoirienne de Football. Bonaventure Kalou n’est pas le seul parmi les anciens joueurs à s’offusquer de la capacité  du président Sidy Diallo donné son football son lustre d’un passé très récent. La Côte d’Ivoire a longtemps été la première nation africaine de football du classement FIFA grâce à une génération qualifiée par tous de dorée. Le sociétaire de Manchester City, Yaya Touré après Kalou Bonaventure n’a pas manqué à son tour de fustiger la responsabilité du président de la FIF dans l’élimination des éléphants pour le mondial 2018. Cyril Domoraud, ex-capitaine des éléphants 2006, Alain  Gouamené de la génération 1992, Didier Drogba qui séjourne en ce moment au bord de la lagune ebrié sont du côté des contestataires. Didier Drogba est venu rencontrer l’émissaire de la FIFA et le médiateur CAF-FIFA le jeudi 12 janvier en début de mâtinée.  Mais c’est au niveau des clubs qui ont porté Sidy Diallo à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football que l’acerbe est plus visible. La FIF, compte quatre vingt et un clubs actifs ; quarante deux de ces clubs plus quatre groupements d’intérêts demandent la tenue d’une Assemblée  Générale Extraordinaire (AGE). Les groupements d’intérêts sont entre autres l’association des footballers ivoiriens (AFI), l’association des arbitres. Les quarante deux clubs et les quatre groupements d’intérêts ont chacun signé une fiche sur laquelle est mentionné la demande d’une organisation d’une Assemblée Générale Extraordinaire. Arrivé à la tête de la Fédération Ivoirienne de Football après la crise post électorale de 2011, Sidy Diallo est décrié par ceux qui l’ont porté à  la tête de la FIF. Les clubs lui reprochent outre les mauvais résultats des équipes nationales ivoiriennes sa gestion « opaque » de l’enveloppe financière des sponsors et le contrat avec la chaine cryptée, Canal+. Les clubs qui contestent désormais la légitimité du locataire de la maison des verres de Treichville(ndlr : commune qui abrite le siège de la Fédération) ne se sont pas contentés de déposer la liste des clubs dissidents à la FIF. Dans la foulée, ils ont saisi la CAF et la FIFA pour leur mettre au parfum de la fronde  contre Sidy Diallo.

La FIFA dépêche un émissaire à Abidjan
La requête des clubs n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Giovanni Vicenzo Infantonio, le Président de la FIFA  a dépêché à Abidjan le directeur association membre pour l’Afrique et les Caraïbes à la FIFA, le suisse Veron Mesongo Omba. Monsieur Veron avait à ses côtés  Jacques Anouma, médiateur CAF et FIFA pour l’Afrique. Arrivé à Abidjan le mercredi 11 Janvier en provenance de Bamako où un comité de normalisation a été installé, monsieur Veron a aussitôt débuté ses consultations. Le mercredi 10 janvier , il s’est d’abord rendu à la FIF pour écouter le Président Sidy Diallo et son comité directeur sur les griefs des présidents des clubs. A cette rencontre, Monsieur Sidy Diallo et son comité directeur n’ont pas souhaité que Jacques Anouma assiste à l’entretien. Pour quelle raison ? La FIF sur la question s’est réfusé à tout commentaire. Jacques Anouma a accordé une interview au lendemain de l’élimination des éléphants par les lions de l’Atlas. La FIF n’a pas apprécié cette sortie de l’ancien président de la Fédération ivoirienne de football parce que membre d’honneur de la FIF après son départ de la présidence de la fédération. Jacques Anouma se défend à son tour en arguant qu’il s’est prononcé en tant que président de l’AFAD, club évoluant en Ligue 1 ivoirienne. A cette date(11 novembre 2017), Jacques Anouma, n’était pas encore nommé médiateur CAF-FIFA. L’émissaire de la FIFA a achevé son tour de table des parties en conflit le soir de son arrivée à Abidjan, tard dans la soirée. Les échanges avec les présidents de clubs a été la plus longue (deux heures). Le jeudi 12 janvier Veron Mesongo Omba a prononcé un point de presse. Sans détours il a indiqué dans une brève déclaration. « Je ne suis pas venu régler un conflit », avant de preciser, « Je suis venu faire une séance de travail avec la Fédération ivoirienne de football et m’entretenir avec les clubs qui ont saisi la FIFA. Je les ai écouté et je vais rendre compte au Président de la FIFA ».

C’est la brève déclaration officielle faite par l’émissaire de la FIFA sur le dossier ivoirien au cours de son bref point de presse. Mais sur insistance des journalistes à la question de savoir s’il y a crise ou non entre la Fédération ivoirienne de football et certains clubs de l’association regroupés au sein du G42 et qui demande la tenue d’une assemblée générale extraordinaire pour révoquer le président de la FIF, l’émissaire de la FIFA lance : « On est des hommes et partout où il y a des hommes il peut y avoir une crise. Je pense que ce n’est pas insurmontable. Je vais faire le rapport au président de la FIFA et il va me donner des instructions. Bien, sûr, tout est reconstructible».

De crise, elle est bien réelle. Le Président de la FIF a révoqué  Dans la foulée deux de ses lieutenants. Pierre Gondo anciennement porte-parole de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) et le dernier pour l’instant, Malick Toé, vice-président chargé du marketing. Le limogeage de Malick Toé est intervenu le vendredi 12 Janvier soit 24 heures après la conférence de presse de l’émissaire de la FIFA qui confesse qu’il n’ y a pas de crise entre la FIF et certains de ses mandants (clubs).  Malick Toé, a fait une brève déclaration qualifiant de nul et de nul effet son limogeage de son poste de vice-président. Il annonce la tenue d’une conférence de presse le mercredi  17 janvier prochain, conférence au cours de laquelle prévient-il, il fera des révélations..…affaire à suivre.

YAMBOLA / DEMBA DIALLO

Check Also

Félix Tshisekedi de retour à Kinshasa après une longue tournée euro-américaine

Après plus de deux semaines d’absence au pays, Félix Tshisekedi a atterri ce dimanche matin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *