Home / Afrique / Côte d’Ivoire : Un infirmier en prison pour avoir inciter ses collègues à utiliser des seringues infectées contre des policiers

Côte d’Ivoire : Un infirmier en prison pour avoir inciter ses collègues à utiliser des seringues infectées contre des policiers

Le message tel que vu sur sur le profil Facebook du nommé Nestor Christian N’Guetta Kiniboa est d’une extrême gravité. Surtout en période de grève des agents de santé. Quelle est cette affaire qui scandalise tant?

Pour rappel, du 5 au 10 novembre dernier, les agents de santé on débrayé. Ils revendiquaient des conditions meilleures de travail avec un salaire amélioré. Mais on le sait aussi, cette grève qui était qualifié de grève de tous les dangers, aura accouché d’une souris. Autrement dit, aucune revendication n’a été prise en compte par le gouvernement. Au contraire, l’Etat a bandé ses muscles en leur rappelant qu’il a déjà assez dépensé dans l’amélioration des conditions de vie et travail des fonctionnaires. Cerise sur le gâteau que la recréation est vraiment terminée, trois grévistes sont mis aux arrêts dont une femme. Ils seront libérés plus tard.

Alors que le bras de fer battait son plein, on pouvait lire sur le profil de cet agent de santé ceci. « Chers collègues camarades en cas de violence et de violation de notre droit utilisons des virus contre ceux-là. Si un seul syndicaliste est violenté, utilisons nos sérums infectés comme arme de réplique. Ainsi quand nous allons propager la fièvre typhoïde, l’hépatite, la méningite, la tuberculose et le VIH à tous ceux qui nous brutaliseront ils sauront que nous aussi on a des armes de destructions massives plus que la kalash ».

Les réactions ne se font pas attendre. Certains internautes apprécient d’autres condamnent. Certains amis même appellent Nestor pour s’inquiéter pour lui. Quelques instants plus tard, depuis son smartphone, Nestor réagit à deux reprises et dément à 23h01.

« Chers amis de Facebook une publication circule avec mon image me faisant passer pour un incitateur au meurtre. Svp ne prenez pas cela pour argent comptant. Je ne me reconnais pas dans cette affaire. Je ne sais qui me fait ça. Je me retrouve au village pour l’enterrement de mon collègue. Je suis assailli par les appels », peut-on lire sur son profil.

Avant d’ajouter: « Certaines personnes disent même que j’ai des photos avec le torse totalement nu. Je ne les connais même pas. Les pirates sont dans la place vigilance. »

Posts qui récoltent 31 commentaires et 3 j’aime et 3 partages. L’homme est infirmier dans le département de Gagnoa précisément dans le village de Doukouyo. Les propos « subversifs » du premier message va lui créer des problèmes. Il sera mis aux arrêts le vendredi 16 novembre par des agents des forces de l’ordre. Et conduit à la direction de la surveillance du territoire (DST). Après son audition, l’agent de santé est déféré le lendemain à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Placé en mandat de dépôt, il sera bientôt jugé. S’il est coupable des faits qui lui sont reprochés, il risque gros. Mais s’il parvient à prouver que son compte Facebook a été piraté et que le post n’est pas de lui, il recouvra certainement la liberté.

Pour l’heure, c’est un sujet dont les syndicats des agents de santé ne veulent pas trop se prononcer. Ils évitent la question. Le samedi dernier, ils ont fini par condamner l’acte posé par leur camarade.

Crédits photo: Ivoiresoir

Koné Sibirinan

Check Also

Félix Tshisekedi de retour à Kinshasa après une longue tournée euro-américaine

Après plus de deux semaines d’absence au pays, Félix Tshisekedi a atterri ce dimanche matin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *